posté le 26-11-2007 à 20:21:19

A Lobster's Life - Partie 2

 

 

 

A lobster's life – Partie 2

Now that this loneliness be over ....


C'est toujours quand la vie nous sourit que les emmerdes se pointent, que les nuages assombrissent le soleil qui brille de mille feux, etc ... bref, tout ça pour dire qu'il y a toujours un moment où la merde s'installe. Cette fois, on peut dire qu'elle s'est pas loupée, cette connasse.

Depuis un an et demi et ma rupture avec Lobster1, on pouvait facilement me comparer à une mangeuse d'hommes ; un peu comme si je dévorais du mâle sans en apprécier la saveur ; comme si je n'arrivais pas à aimer ce qui était dans mon assiette plus que le steak que ma grand mère me cuisait chaque midi ; je pensais réellement ne plus en être capable. Puis y'a pas si longtemps de ça (quelques jours, je dirais), Cupidon, ce con de petit ange ailé, s'est pointé, et m'a troué le cul. Et bon sang ce que ça a été bon !! Mais maintenant que je commmence à peine à regoûter au bonheur, il faut qu'un autre homard sorte les pinces pour entrer dans la partie. Saloperie de béatitude.

Et puis cette virée de bord m'a soudain fait comprendre quelque chose : ces saloperies de bactéries de la solitude parviendront jamais à bouffer ma chair, tellement ma coquille est devenue dure, et l'intérieur si tendre avec le temps que je dois avoir l'air appétissante. L'amour me fait devenir chiante, gâteuse, et bavarde ; et tant mieux, après tout. Je me sens vivre ; c'est qqch que j'avais pas ressenti depuis des lustres, et qu'on ne m'enlèvera pas sans avoir peur d'y perdre une pince. Je l'aime ce putain de Homard, même sarcastique, même pantouflard, et dieu sait ce que je dois le tartiner, le pauvre ... mais me lever à ses côtés chaque matin et voir sa bouille toute endormie est ma plus belle victoire, ce qui me fait avancer la tête haute et m'enlève l'envie de me jeter du 4e en ouvrant les volets.

Il est 1h du matin, dans une quinzaine d'heures (si tout va bien) je lui raconterai tout ça en me marrant, plutôt qu'à me morfondre dans mon plumard sans arriver à trouver le sommeil (ce que je ne suis pas en train de faire). Dans une quinzaine d'heures, les papillons du temps passé ressortiront et gargouilleront à nouveau dans mon ventre, mes joues rougiront de plaisir, et un vrai sourire se dessinera sur mes lèvres. A ce moment précis, je saurais que j'ai tout oublié du passé ; ce que j'essaie de faire depuis si longtemps.

 


Ptites bafouilles

 
 
 
posté le 20-11-2007 à 18:19:54

Little Butter read ... and then flew

 

Pour une bouche trop grande ouverte

Pour des dizaines scellées

 

Un coeur perdu

Pour deux brisés

 

Une âme à jamais perdue

Jamais pour autant oubliée

 

Remember me in my best

 

"Imagine me taught by tragedy
Release is peace"

 


Ptites bafouilles

 
 
 
posté le 20-11-2007 à 11:46:53

Ma marmotte (sans le papier d'alu mouarf)

 Ce que tu peux me les briser par moments ...
Mais putain ce que je t'aime 
 


Ptites bafouilles

 

ton meilleur enemi  le 26-11-2007 à 12:33:09  #

trou du cul vieu pouce de merde je t'aime

ps: pauvre connardboulette

 
 
posté le 20-11-2007 à 11:44:57

Nouvelle nouvelle ...

 

 

 

Nouvelle nouvelle en préparation !!!! Une petite idée qui m'est venue hier dans un bar avec Matt et Raph ... j'ai 2-3 idées qui traînent dans le cibouleau, ça sera sûrement un truc du style Lez Girls, en bcp moins salope et sans la gloire à la fi. (cf. the L Word saison 4)

J'espère que vous avez aimé A Lobster's Life ... Laissez-moi vos impressions SVP, ça m'aide à comprendre ce qu'il faut que je travaille dans mon écriture.

 Merciii !!!

 


Ptites bafouilles

 
 
 
posté le 18-11-2007 à 13:21:59

A Lobster's Life

 

 

 

A lobster's life


PROLOGUE

Il y a des jours où on préfèrerait resté couché au fond de son lit, blotti sous sa couette avec un cappuccino, et ne plus bouger. Il y a des jours comme ça où la vie nous joue des tours, sans comprendre pourquoi ni comment ça a pu arrivé. Mais ce soir-là, si pour une raison ou une autre une instance divine m'avait retenu chez moi, j'aurais sûrement sombré dans l'alcool (ce qui est peut-être déjà le cas, en fait ).

Tout a commencé de la façon la plus banale qu'il soit : au milieu d'un pub bondé, un jeudi soir comme les autres. J'étais loin d'imaginer que ma soirée se finirait aussi bien ; c'est en ouvrant la porte du Smoking Dogs que je me suis rendue compte que ce ne serait peut-être pas aussi déprimant que je le croyais.

Vendredi matin ; brouillard total. 9H15 à ma montre ; j'ai loupé mon cours de traduction. Je me retourne ; Pouce dort comme un loir sur ce canapé merdique où nous avons fait l'amour une bonne partie de la nuit.

La soirée refait surface dans mon esprit petit à petit ... et je le serre dans mes bras, avant de me rendormir, blottie contre lui.



Ca me fait rire d'écrire de cette façon ... je repense à Moulin Rouge (celui avec Nicole Kidman & Ewan Mc Gregor) et la façon dont ce gars tombé éperdument amoureux d'une danseuse de french can can raconte leur histoire sous fond de tragédie.

Ici, la trame de l'histoire est encore plus originale (oui je sais je vends bien mon produit haha) : c'est un épisode de Friends (je chercherai la saison et le nom de l'épisode), passé il y a quelques jours sur une chaîne de la TNT. Lors d'une de ses parades pour draguer Rachel, Ross lui dit que les homards ne rencontrent l'amour qu'une seule fois tout au long de leur vie, et s'accouplent pour l'éternité. Ca m'a fait sourire ; et chaud au coeur...

Quelques jours plus tard, au beau milieu d'une soirée (trop) arrosée au Pub Fiction, je pars retrouver Julie pour oublier que Matthieu vomit ses tripes chez Bruce Willis. J'avais besoin de prendre l'air, je ne savais plus quoi penser, la bière m'engourdissait le cerveau, et j'avais beau le regarder, mon coeur restait stoïque. Ca recommençait. Depuis Cyril, rien ne marchait à ce niveau-là, je croyais tomber amoureuse, et me rendais compte que ce n'était pas le cas, finalement. Pas cette fois, non, pas avec lui ... Il fallait que je déssaoûle le plus vite possible et que j'analyse la situation. Qu'est-ce qui se passe pour que je me retrouve dans cet état?


[ Un souvenir qui refait surface et mon coeur qui se serre ]


C'est le fait de voir Léa à cette fête qui a dû me rappeler ce qui s'est passé. Ca m'a fait un choc ; le nombre de soirées passées ensemble à faire la fête, comme ce soir. Tout a ressurgi d'un seul coup à la surface.



Trente minutes plus tard, sans savoir pourquoi, je fais demi-tour. Il m'appelle sur mon portable, il me cherche. Je me dépêche de rentrer, et je cours le serrer dans mes bras.

Cinq minutes plus tard, en essayant (avec grande difficulté) de le faire marcher droit, il me prend dans ses bras et me serre fort.

« Je t'ai attendu si longtemps ». C'étaient les mots que je cherchais. Sauf qu'ils sont sortis de sa bouche.

Je serais restée des heures à pleurer sur son épaule.


Et si mon homard, c'était lui ? Même seulement après à peine plus d'un mois, je commence à me demander si ça pourrait être le cas.




C'est étrange ... cette histoire de homard revient sans cesse. Partout où je vais, dans chaque émission que je regarde ; des séries comme Friends, Futurama, et, je viens de m'en apercevoir à l'instant, The L Word, ont basé un de leur scénario sur la vie du veinard petit homard. Et je me serais entêtée, quelques mois auparavant, à chercher une raison à tout ça. Alors qu'il n'y en a aucune.

 

 


Ptites bafouilles

 

Jess  le 18-11-2007 à 13:35:18  #

bravo franchement tu as une bonne petite patte, perso je te di continu cosa c bien vrmnt.
et en + tu oses dire les truc franchement et c le mieu je crois.T sentiments son vrais et ça ce voi
Jtadore et continu cosa gros bisous

 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article